montcornet

Posté par samouraï 08 le 9 octobre 2007

Le château de Montcornet

montcornet.jpg
Le Château de Montcornet offre un voyage au coeur du temps. Dressé sur un éperon rocheux occupé depuis la nuit des temps, le château a été construit au XIème et au XIIème siècle. Après être passé de mains en mains entre le XIIIème et le XIVème siècle, il fût reconstruit pratiquement dans son intégralité en 1446.  Charles de Gonzague, le créateur de Charleville, en devint le propriétaire en 1613. Démantelé en 1760 par son propriétaire, le Duc d’Aiguillon, le château tomba en ruines jusqu’à ce que l’Abbé Bernard Lussigny se porte acquéreur en 1961. Les chantiers de jeunes se succèdent depuis cette date pour donner au château l’allure qu’il possède aujourd’hui. Le fruit des différentes campagnes de fouilles sont rassemblées dans une des salles du château. Une visite de ce musée permet de comprendre comment on vivait au château à travers les siècles. Le château est ouvert au public de Pâques au 31 octobre 2004.

Publié dans Villes des ardennes | Pas de Commentaire »

Rocroi

Posté par sebari le 26 septembre 2007

Rocroi dans Villes des ardennes Etoile_du_roi

Habitants: 2246

Altitude: 385 mètres

Superficie: 5O,41 km²

Le plateau de Rocroi est habité depuis les temps les plus reculés . Les « tumuli » de Sévigny la Forêt dans la Forêt des Pothées l’attestent . Une ferme gallo-romaine , au IIème siècle est construite au bord du ruisseau d’Hamzy . En 1198 , Nicolas IV, Baron de Rumigny choisit sur le plateau un endroit marécageux balayé par tous les vents pour élever une chapelle qu’il place sous le saint patron qui porte encore aujourd’hui son nom : St Nicolas . C’est autour de cette chapelle (1200-1220) que les premières habitations se construisent . A cette époque , Raoul Ier ou Raul , 4ème enfant de Henri II de Grandpré , Comte de Porcien et seigneur du lieu , hérite de Henri III , son frère décédé sans postérité . Il fait bâtir près de la chapelle , une maison forte qui deviendra un petit fort . Raul peuple son village de serfs et prisonniers de guerre à qui il donne terre et maison . Si l’on convient de ces premières évolutions , deux théories deviennent alors plausibles quant à l’origine du nom de Rocroi . Il dérive à n’en pas douter du nom de son fondateur Raul : c’est pourquoi on peut supposer que la communauté qui voit arriver d’autres habitants grossit , d’où le village de Raul-croit. Une deuxième version laisse penser que le village , situé au carrefour des chemins du Hainaut et de Liège qui montent vers le Porcien et la Thiérache , prend le nom de Croix de Raul puis Raulcroix pour rappeler la croisée des chemins .
Unique en France , grâce à son urbanisme radioconcentrique , Rocroy est une ville étoile et une porte d’entrée sur la France . Elle se situe au nord de la Champagne-Ardenne à environ 100 km de Bruxelles et 250 km de Paris .

Quelques dates historiques importantes:

Rocroy (rocroi) est une ville fortifiée unique . Conçue tout d’abord sous le règne d’Henri II , vers 1555 , pour faire face à la forteresse de Charlemont construite par Charles Quint , elle fut remaniée en 1675 par Vauban . Elle comprend une première enceinte fortifiée de défense , avec cinq bastions , tous différents et une deuxième enceinte défensive et offensive , avec demi-lunes et les avancées des portes de Bourgogne et de France .

De la place principale , ancienne place d’Armes , dix rues radio-concentriques conduisent aux remparts . La place est bordée de maisons dont la plus ancienne porte le millésime 1676. Les plus modernes de ses maisons ont été reconstruites après le bombardement de 1871 .

L’Hôtel de ville date de 1843 , il a été construit sur l’emplacement de l’Hôtel du gouverneur .

L’Eglise a été construite à la même époque et sa flèche atteint 53 mètres . Elle possède une grande et vaste nef  et son autel est surmonté d’un baldaquin aux belles colonnes de marbre . Sous le porche , un bénitier en pierre bleue de Givet date de 1615 .

Sur la place verte , entre la 2ème et 3ème borne , il existe encore une pierre percée d’un trou et qui constituait le socle de l’ancien pilori .

Place du Luxembourg , le dernier corps de garde de la garnison est un modèle de l’architecture militaire du XVII siècle . Un peu plus loin , sur la gauche , un vaste arsenal militaire fut bâti en 1692 .

Rocroi offre un remarquable exemple des plus anciennes fortifications de France , du type bastionné , les cinq bastions intérieurs remontent en effet au règne d’Henri II.photo+eglise+r dans Villes des ardennes

1-picture4

Publié dans Villes des ardennes | Pas de Commentaire »

Givet

Posté par samouraï 08 le 26 septembre 2007

Givet dans Villes des ardennes givet4

Population: 7600 Habitants

Haltitude: 103 m

Superficie: 354,33 hectares

HISTOIRE DU NOM DE GIVET:

L’origine du nom « GIVET » est controversée :

Deux thèses différentes ont été avancées.
- Il s’agirait, pour De Marsilly, d’un terme de patois local désignant les convois de bois flottants qui descendaient la Meuse : « Les Givées ».
- Pour le Révérend Père Don Thierry de Rejalot, Givet proviendrait du nom d’un établissement mérovingien installé sur une rive de la Meuse et servant de péage lors de passages de marchandises.A l’époque l’impôt prélevé était appelé « GABLUM », il devint GABELIUM, GIVELIUM, GIVETIUM, et enfin, au XV° siècle GIVET.

givet2 dans Villes des ardennes

Préhistoire :
- En 1898, le Docteur BEUGNIES découvre un squelette humain de petite taille (154 cm) dans les grottes de NICHET (Sur la commune de FROMELENNES, à 5 km de GIVET).
Daté de l’ère préhistorique, ce squelette appartenait à un membre de la race de « Furfooz ».

Histoire :

Epoque Romaine
La Meuse sert de limite naturelle entre deux territoires :
rive gauche : Les ADUATIQUES, rive droite : Les TREVIRES.
 

720
Saint Hubert réside à GIVET et une chronique raconte l’accomplissement d’un miracle
« in vico gabelio » (dans le bourg de GIVET).
 

922
GIVET devient territoire de Henri 1er, empereur d’Allemagne.
 

1155
« Le Castrum Givet » échoit à l’évêque de Liège. Le village est alors pourvu de défenses sommaires.
 

 1227

 La terre de Givet devient la seigneurie d’Agimont – Givet
 

1555

 Charles Quint, souhaitant défendre ardemment ce passage de Meuse, fait acheter le domaine d’Agimont – Givet par Marie de Hongrie.
Cette même année, il fait construire le Fort de Charlemont. Ce fort conditionnera grandement la vie de la cité.( Aujourd’hui, Charlemont a retrouvé sa vocation militaire, il accueille dans son enceinte le Centre d’Entraînement Commando / 9° Zouaves).
 

1678
Le traité de NIMEGUE donne Givet à la France
 

1697

 VAUBAN amplifie et améliore les défenses de Givet et de Chalemont. La cité est désormais totalement entourée d’une enceinte fortifiée « à la Vauban ».
 

24 juin 1763
Naissance à Givet du célèbre compositeur Etienne Nicolas MEHUL, auteur du « Chant du Départ ».
 

1811

 L’empereur NAPOLEON BONAPARTE visite Givet, la Meuse est en crue et des prisonniers anglais l’aident à franchir le fleuve. NAPOLEON décide alors la construction rapide d’un pont. Les prisonniers anglais furent graciés par l’Empereur.
 

1815
Charlemont est assiégé par les Prussiens.
 

1816 – 1817
Nouvelle occupation, mais des Russes cette fois.
 

1914
Charlemont et Givet sont bombardés et pris par les troupes allemandes
 

11 mai 1940
La population civile est évacuée. La ville est de nouveau occupée par les troupes allemandes
Givet est libérée le 7 septembre 1944 par les troupes alliées.

givet

Vue sur le fort…

4HALTE

Vue de la rive…

34centre

Vue du centre…

Publié dans Villes des ardennes | Pas de Commentaire »

Sedan

Posté par samouraï 08 le 26 septembre 2007

Sedan dans Villes des ardennes sedan+chateau+fort+3sedan+chateau+fort+4 dans Villes des ardennes

Généralités historiques

Petit prieuré de l’abbaye de Mouzon bâti au 11ème à l’emplacement d’une nécropole du 8ème, le domaine passa au début du 15ème à Evrard III de la Marck qui entreprit en 1424 la construction d’un formidable château fort.
A la fin du siècle, il fut renforcé par Jean, puis par Robert de la Marck qui venait d’acquérir le duché de Bouillon et dont les successeurs, devenus les plus puissants seigneurs de l’Est de la France, prirent le titre de princes de Sedan.
La principauté et le duché furent apportés en dot par Charlotte de la Marck à Henri de la Tour d’Auvergne qui épousa en secondes noces Elisabeth de Nassau dont est issu le Grand Turenne, né à Sedan en 1611.chateau1_bd
Les complots de son frère aîné, Frédéric, provoquèrent une réplique royale : il dut céder à Louis XIII sa principauté qui perdit son indépendance avec son rattachement à la Couronne en 1642.
La prospérité de la ville liée depuis le 16ème à la fabrication du célèbre « drap de Sedan », à la fondation d’une académie (ou université protestante) et au commerce, commença à décliner en 1685 avec la Révocation de l’édit de Nantes qui entraîna l’émigration des grands industriels protestants et des intellectuels pour lesquels Sedan était un refuge connu sous le nom de « Genève du Nord ».
Turenne est né au château Bas en 1611.sedan+chateau+fort+2
L’événement le plus douloureux de son histoire fut la capitulation de Napoléon III, encerclé par les armées prussiennes le 1er septembre 1870.
En mai 1940, l’armée allemande y perça le front français, ce qui lui ouvrit la route de la mer; tout le centre de la ville fut détruit.
Patrie du maréchal Fabert, premier gouverneur de Sedan au 17ème.
Vestiges préhistoriques et antiquessedan+chateau+fort

Architecture civile

Château fort** 1424 (MH), le plus vaste d’Europe (environ 35000 m2 sur 7 niveaux) : rampe d’accès 16ème, tours jumelles de l’entrée, tours est et ouest, courtines, donjon carré, chapelle, bastions, murs de 7 m d’épaisseur, salle des gardes, salle ogivale, ancienne cuisine, salle à la colonne, oubliettes.cha_0006_bd
Château-Bas* 17ème (MH), ancien palais des princes de Sedan : château, constructions dans la cour, maison 16ème, corps de garde, magasin, grande traverse (IMH).
Le Dijonval*, ancienne manufacture royale de draps 18ème (MH et IMH).
Crypte du couvent des capucins 17ème et tombeau du maréchal Fabert (MH).

Publié dans Villes des ardennes | Pas de Commentaire »

Place Ducale

Posté par samouraï 08 le 26 septembre 2007

charleville mezieres

Place Ducale dans Villes des ardennes image_jpgCAXKCFV6
Charleville : place Ducale**
édifiée de 1612 à 1628 (architecte Clément Métezeau) : 24 immeubles (MH) en brique et pierre, toits à la française en ardoise ; 4 demi pavillons avec dôme impérial ; galerie d’arcades ; porte 17ème dans la cour du n° 40.

Publié dans Villes des ardennes | Pas de Commentaire »

Rethel

Posté par samouraï 08 le 26 septembre 2007

Généralités historiques

Site néolithique occupé à l’époque gallo-romaine, placé sur la route des invasions, Rethel est aujourd’hui une ville neuve.
Au 10ème, le château appartenait à l’abbaye Saint-Remi de Reims et lui fut volé par ses avoués qui prirent le titre de comtes.
Passé aux Gonzague en 1565, le comté fut érigé en duché en 1582 et vendu en 1663 au mari d’Hortense Mancini, nièce de Mazarin, qui le paya avec une dot du cardinal sous condition que le fief porterait le nom de Mazarin.
Erigé en duché-pairie, Rethel s’appela Mazarin de 1663 à la Révolution.
Rethel eut à subir prises et reprises pendant la Fronde.
La ville a été incendiée en 1914 et en 1940 détruite à plus de 80 %.
Patrie de l’éditeur Louis Hachette et du paléontologue Boucher de Perthes.
Vestiges préhistoriques et antiques
Fouilles préhistoriques au lieu dit les Auges.

Architecture civile
Rethel dans Villes des ardennes neige012_jpg
Vestiges du château Mazarin (SI).
Hôpital Général : partie 17ème, chapelle avec toiles des frères Wilbaut 18ème.
Fontaine 17ème de l’ancien hôtel de la Trésorerie générale de Mézières (déposée dans les jardins de la sous-préfecture).

Architecture sacréeneige09_jpg dans Villes des ardennes
Eglise Saint-Nicolas* 13ème/17ème (MH), très endommagée en 1940, réouverte au culte en 1956 : église à 2 nefs flanquées chacune d’un bas-côté 
« Rethel se répand gracieusement du haut d’une colline jusque sur la rivière
d’Aisne » . Victor HUGO « Le Rhin »

Publié dans Villes des ardennes | Pas de Commentaire »

Charleville Mezieres

Posté par samouraï 08 le 26 septembre 2007

 

Généralités historiquesCharleville Mezieres dans Villes des ardennes place+ducale+(architecte+cl%C3%A9ment+m%C3%A9tezeau)

Si Charleville et Mézières, auxquelles furent rattachées en 1966 les communes de Mohon, Montcy-Saint-Pierre et Etion, forment une unité économico-géographique, l’histoire des deux villes est tout à fait distincte et a déterminé un paysage urbain très différent.
Charleville doit son nom à son fondateur Charles de Gonzague, gouverneur de Champagne qui décida en 1606 l’érection de sa capitale, où chaque ville de son gouvernement devait obligatoirement faire construire une maison.
Des privilèges économiques et douaniers encouragèrent le peuplement de la ville au détriment de Mézières et furent maintenus après que la ville, passée aux Condé en 1709, fut devenue un simple bailliage royal en 1718.
Guillaume II et le Kronprinz y résidèrent pendant la guerre de 1914-1918.
Ville natale d’Arthur Rimbaud, qui y est enterré.
Mézières : site occupé à l’âge du Bronze final, puis par les Gallo-Romains qui y construisirent un temple dédié à Mercure.
Mézières fut probablement une importante cité mérovingienne comme le prouve la nécropole des 5ème et 6ème.
Au 10ème fut édifié un château dont les murs ruinés (maceriae) ont donné leur nom à la ville.
Au 12ème, Mézières quitta le domaine des archevêques de Reims pour entrer dans le comté de Rethel.
La population s’installa au sud dans le Grand Bourg, puis au nord dans le Petit Bourg, qui furent englobés dans une muraille continue après l’octroi d’une charte communale en 1233.place+ducale dans Villes des ardennes
Des colonies de Liégeois s’ajoutèrent au peuplement de la ville, la première au 13ème après la victoire de Bouvines, la deuxième au 15ème pour échapper à Charles le Téméraire.
En 1521, les troupes de Charles Quint, conduites par le comte de Nassau et Franz de Sickingen, vinrent assiéger la ville défendue par Bayard et furent obligées de se retirer le 27 septembre, date qui est restée depuis la fête de Mézières.
C’est à Mézières que fut célébré en 1570 le mariage de Charles IX et d’Elisabeth d’Autriche.
La citadelle fut construite en 1590 par le maréchal de Saint-Paul pour assurer à ses troupes une place de sûreté contre Henri IV qui venait de gagner la bataille d’Ivry.
Le roi vint visiter la ville en 1606 et ordonna le démantèlement de la citadelle au gouverneur Charles de Gonzague qui, non seulement n’exécuta pas l’ordre, mais créa à côté la ville neuve de Charleville dont les privilèges économiques ruinèrent et dépeuplèrent Mézières.
La ville subit les sièges des coalisés en 1815 et des Allemands en 1870.
Elle fut occupée de 1914 à 1918 et de nouveau de 1940 à 1944.
Vestiges préhistoriques et antiques
Mézières : fouilles préhistoriques de la presqu’île de Saint-Julien.
Nécropole mérovingienne de l’Hôpital*.
Nécropole de Montcy-Saint-Pierre 7ème.place+ducale+2

Architecture civile

Charleville : place Ducale** (MH) édifiée de 1612 à 1628 (architecte Clément Métezeau) : 24 immeubles (MH) en brique et pierre, toits à la française en ardoise ; 4 demi pavillons avec dôme impérial ; galerie d’arcades ; porte 17ème dans la cour du n° 40.
Vieux moulin 17ème (IMH) (musées) ; au centre, fontaine vénitienne.
Maison natale de Rimbaud, rue Pierre-Beregovoy ; maison d’enfance de Rimbaud, quai Rimbaud ; tombe de Rimbaud au cimetière.

                                                                                               Retour à l’accueil

Publié dans Villes des ardennes | Pas de Commentaire »

 

The Limace Psychopathe Blog |
Buzancy's Life |
hots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vers la Lumière...
| n°1 mondial de la vente dir...
| Ma page perso