La pierre a la Vierge

Posté par samouraï 08 le 19 octobre 2007

C’est un important rocher de quartzite en forme de table situé dans la vallée du Gland à proximité de l’ancien chemin de Signy à Brognon.

La cavité creusée à la surface et les sorties de marches à l’arrière, laissent supposer un aménagement humain. Cette cavité présente par ailleurs la particularité d’être emplie d’eau, même en période de sécheresse la plus intense. Certains y voient sans preuves, un autel druidique.druide.gif

D’autres prêtent à l’eau qui stagne des vertus anti-eczémateuzes…

La légende prétend qu’au cours d’une procession, une statue de la vierge transportée de Gland à Brognon, fut déposée sur la pierre et qu’ensuite il ne fut plus possible de la soulever. Par la suite, le lieu est devenu l’objet d’un culte populaire (voeux, offrandes) et a reçu le nom de « Pierre de la Vierge ». 

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

Les Nutons

Posté par samouraï 08 le 19 octobre 2007

Surplombant les villages de Flohimont et de Fromelennes, le plateau, découvrant l’accès aux grottes de Nichet, offre une vue imprenable sur les environs de Givet et de la Belgique.

Ces grottes, magnifiques curiosités géologiques, renferment de fascinantes légendes.

Connaissez-vous les Nutons?

Ce sont de petits êtres à la taille minuscule et dotés de pouvoirs merveilleux… Ces petits êtres ont, dit-on, disparu brusquement, et deux légendes tentent d’en expliquer la cause.

On raconte, tout d’abord, que les Nutons travaillaient sans relâche, du coucher jusqu’au lever du soleil. Leur travail consistait en la satisfaction des souhaits humains, qu’ils réalisaient en échange d’offrandes, constituées de pain et de froment.
Mais un jour, une femme désirant ardemment une belle robe, alla porter la nourriture convenue aux Nutons. Mais celle-ci de caractère trop avare, eut l’indécence de remplacer le pur froment par de la cendre.
Fâchés, vexés de cet affront, les Nutons disparurent du pays à jamais…
 
 
 

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

L eglise St Roche

Posté par samouraï 08 le 19 octobre 2007

L’église St-Roch se situe au bout de la place du Baty.
Alors qu’une épidémie de peste dévastait la ville, le magistrat de l’époque implora Saint-Roch et fit le serment d’ériger une chapelle en son honneur si celle-ci cessait. Le miracle eut lieu et c’est donc en 1662 que la chapelle fût érigée.

Une légende raconte que les jeunes filles en âge de se marier venaient embrasser le clou fixé à la porte de la chapelle en pensant à l’être aimé.
Le mariage devait alors être célébré dans l’année. Si malheureusement, il ne l’était pas, il aurait lieu 7 ans après.
Ces 7 années correspondaient à la durée du service militaire.

Même si le temps a passé, le service militaire disparu, le clou, lui, est toujours apparent…
 
 
 

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

La Roche D’ UF

Posté par samouraï 08 le 19 octobre 2007

La Roche d’Uf est un des sites particuliers de Fumay, outre la curiosité géologique, il offre un magnifique point de vue sur l’ancienne ardoisière St-Joseph, sur la ville et sur le barrage.

Une légende laisse imaginer qu’une vieille dame folle habitait une grotte et que telle la Lorelei, elle attirait les bateliers qui venaient s’écraser contre cette roche.

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

« squelette du Château de Montcornet »

Posté par samouraï 08 le 9 octobre 2007

Plus qu’une légende, un mythe…
En 1806, un touriste audacieux a osé pénétrer dans les ruines du château.

Il y découvre un squelette appuyé sur le rebord de la fenêtre et l’inscription : « Adieu, Odette ! mai 1795 – Salvien ».

 Salvien était un jeune cultivateur épris de la jeune Odette. Il aurait été enfermé sur le lieu de ses rencontres amoureuses par Pierre Terreau, un riche et envieux fermier. La méchanceté de ce dernier ne lui a pas porté chance, puisque Odette est morte de douleur peu de temps après son mariage avec P. Terreau. Ce dernier a lui aussi trouvé la mort en chutant, alors qu’il rodait sous la fenêtre de la salle où il avait enfermé le pauvre Salvien…

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

Cheval bayard

Posté par samouraï 08 le 28 septembre 2007

 LE CHEVAL BAYARD
On affirme que tous les sept ans, revenant dans les forêts des Ardennes, le cheval Bayard se tient quelques minutes sur une roche qu’il frappa jadis de ses quatre pieds au point de laisser très lisible l’empreinte de ses fers. Il hennit trés fortement et disparait, mais s’il est possible d’entendre ses hennissements, il est fort difficile de le voir, car personne ne peut se vanter de l’avoir vu.Il apparaîtrait surtout dans les environs de Château-Regnault, entre les  » pointes des quatre fils d’Aymon  » et à cet endroit qui fut la  » table de Maugis « .
–Ces affirmations découlent des légendes « bayard », qui ont pour point commun, la volonté farouche de Charlemagne à tuer les quatres fils d’Aymon.
– Celle symbolisée par la statue érigée sur le site de la légende

Cheval bayard dans Légendes Ardennaises aymon

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

4 fils aymon

Posté par samouraï 08 le 28 septembre 2007

Voici les quatre pics que vous pouvez admirez dans les Ardennes près de Monthermé .

 Chaque pic incarne un des quatre fils Aymon :

 Renaud                Allard              Guichard              Richard.
4 fils aymon dans Légendes Ardennaises montagn

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

4 fils aymon

Posté par samouraï 08 le 28 septembre 2007

Les quatres fils Aymonchevalier2.gif chevalier1.gif
Les 4 fils Aymon poursuivis par l’armée impériale arrivent au sommet du rocher qu’on a, depuis, appelé la roche à Bayard et qui, à cette époque n’était pas encore séparé du reste de la montagne comme il l’est aujourd’hui.
– A leurs pieds l’abîme, la meuse grondante et profonde. Derrière eux et les serrrant de près, plus de mille chevaliers la lance en arrêt ! plus d’espérance !
– Vive Dieu s’écriait déjà Charlemagne, enfin je les tiens les louveteaux.
– Les quatre frères, ensemble, ont enfoncé leurs éperons d’or dans les flancs de leur monture. Bayard a levé sa tête fière, s’est ramassé sur ses quatre pieds. Il bondit comme un cheval ailé et il va retomber tranquillement, de l’autre côté de la meuse, pendant que les 4 frères se signent et remercient Notre Dame

 

4 fils aymon dans Légendes Ardennaises 4+fils+aymon

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

Dames de meuse

Posté par samouraï 08 le 28 septembre 2007

Dames de meuse dans Légendes Ardennaises 286176340_L
Selon la légende , ce site est le témoignage grandiose de l’adultère puni des Dames deMeuse . Les »anciens » nous racontent comment les trois fils du seigneur Hierges , après avoir épousé Berthe , Hodierne et Ige , les trois filles du seigneur de Rethel , partirent pour la croisade , laissant leurs épouses qui furent infidèles et comment Dieu , pour les punir de n’avoir pas su loyalement garder le pacte conjugal , les changea en trois énormes rochers à l’heure précise où Jérusalem était prise d’assaut .

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

Roc La Tour

Posté par samouraï 08 le 26 septembre 2007

Roc la Tour

Jusqu’à ces derniers temps , la légende du Roc la Tour n’était guère connue que des habitants des villages alentour .

Roc La Tour dans Légendes Ardennaises roc_la_tour_imagelarge

D’après une version , un seigneur avait une femme jeune et belle , fière et ambitieuse , mais sans castel digne de l’abriter .
Il vit un jour venir à lui un personnage qui le fit rougir de sa pauvre maison et lui proposa , en échange de son âme , de bâtir un magnifique château où sa femme aurait enfin une demeure digne d’elle .
Le seigneur reconnut le diable et conclut le marché . Selon son habitude , messire Satanas devait construire l’édifice en une nuit , avant le premier chant du coq . Il se mit au travail avec son équipe de lutins et de diablotins . Le Château était terminé , seule la dernière pierre allait être déposée , quand un coq chanta au fond de la vallée . Le diable était pris .
Dans sa colère , il jeta sa toque contre les murailles , et tout s’écroula . Ces débris forment , aujourd’hui le Château de la Tour .
Y eut-il jamais un château bâti de main d’homme sur ces rocs dont la situation est si dominante ? La chose est peu probable . Les archéologues n’y ont trouvé aucun vestige et les gens du pays n’ont conservé aucun souvenir d’un château-fort en cet endroit.

D’après une autre version , le diable dominait aux temps jadis sur toute la basse Semoy. Il y avait des forteresses sur le Liry, le Fay, le Roc de la Tour, et terrorisait le pays : ce diable désigne sans doute quelque méchant sire d’Haulmé. Un jour, vint un pèlerin qui lui demanda le gite et la nourriture : « Audacieux ! » lui crie le diable, « que viens-tu faire sur mes terres ? Ignores tu qui je suis ? ». « Ta colère est vaine » répondit le pèlerin, « je ne te crains pas ! et pour te prouver ma supériorité, faisons un pari. Tu vas dresser des quilles sur cette montagne (le Roc la Tour) et nous verrons qui sera vainqueur de la partie… ».

Le diable consentit, de mauvaise grâce : les quilles furent placées sur le Roc la Tour, et les deux joueurs se postèrent sur le Fay juste en fac. Belzébuth saisit sa boule, une énorme boule de quartz, ajusta et lança. Mais la boule alla piteusement rouler dans la Semoy. C’est aujourd’hui la « Roche des Diables », appelée aussi le Roche du Tombeau. Le pèlerin abattit, lui, d’une main sûre toutes les quilles et mit en miettes le Château du Diable édifié sur le Roc la Tour. Satanas reconnut Jésus-Christ et détala prestement, en laissant une odeur de soufre…

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

12
 

The Limace Psychopathe Blog |
Buzancy's Life |
hots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vers la Lumière...
| n°1 mondial de la vente dir...
| Ma page perso