• Accueil
  • > Archives pour septembre 2007

Cheval bayard

Posté par samouraï 08 le 28 septembre 2007

 LE CHEVAL BAYARD
On affirme que tous les sept ans, revenant dans les forêts des Ardennes, le cheval Bayard se tient quelques minutes sur une roche qu’il frappa jadis de ses quatre pieds au point de laisser très lisible l’empreinte de ses fers. Il hennit trés fortement et disparait, mais s’il est possible d’entendre ses hennissements, il est fort difficile de le voir, car personne ne peut se vanter de l’avoir vu.Il apparaîtrait surtout dans les environs de Château-Regnault, entre les  » pointes des quatre fils d’Aymon  » et à cet endroit qui fut la  » table de Maugis « .
–Ces affirmations découlent des légendes « bayard », qui ont pour point commun, la volonté farouche de Charlemagne à tuer les quatres fils d’Aymon.
– Celle symbolisée par la statue érigée sur le site de la légende

Cheval bayard dans Légendes Ardennaises aymon

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

4 fils aymon

Posté par samouraï 08 le 28 septembre 2007

Voici les quatre pics que vous pouvez admirez dans les Ardennes près de Monthermé .

 Chaque pic incarne un des quatre fils Aymon :

 Renaud                Allard              Guichard              Richard.
4 fils aymon dans Légendes Ardennaises montagn

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

4 fils aymon

Posté par samouraï 08 le 28 septembre 2007

Les quatres fils Aymonchevalier2.gif chevalier1.gif
Les 4 fils Aymon poursuivis par l’armée impériale arrivent au sommet du rocher qu’on a, depuis, appelé la roche à Bayard et qui, à cette époque n’était pas encore séparé du reste de la montagne comme il l’est aujourd’hui.
– A leurs pieds l’abîme, la meuse grondante et profonde. Derrière eux et les serrrant de près, plus de mille chevaliers la lance en arrêt ! plus d’espérance !
– Vive Dieu s’écriait déjà Charlemagne, enfin je les tiens les louveteaux.
– Les quatre frères, ensemble, ont enfoncé leurs éperons d’or dans les flancs de leur monture. Bayard a levé sa tête fière, s’est ramassé sur ses quatre pieds. Il bondit comme un cheval ailé et il va retomber tranquillement, de l’autre côté de la meuse, pendant que les 4 frères se signent et remercient Notre Dame

 

4 fils aymon dans Légendes Ardennaises 4+fils+aymon

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

Dames de meuse

Posté par samouraï 08 le 28 septembre 2007

Dames de meuse dans Légendes Ardennaises 286176340_L
Selon la légende , ce site est le témoignage grandiose de l’adultère puni des Dames deMeuse . Les »anciens » nous racontent comment les trois fils du seigneur Hierges , après avoir épousé Berthe , Hodierne et Ige , les trois filles du seigneur de Rethel , partirent pour la croisade , laissant leurs épouses qui furent infidèles et comment Dieu , pour les punir de n’avoir pas su loyalement garder le pacte conjugal , les changea en trois énormes rochers à l’heure précise où Jérusalem était prise d’assaut .

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

carte

Posté par sebari le 27 septembre 2007

carte des ardennesAperçu

Publié dans Les Ardennes | Pas de Commentaire »

Jambon

Posté par sebari le 26 septembre 2007

le jambon d’ardennes

Jambon dans Specialitées régionales jamboncoupe

C’est un jambon fumé. Jadis, on utilisait sa propre cheminée, avec un feu de rameaux encore verts et des branches de genévrier, avant de passer la pièce au feu de bois tout à fait ordinaire, mais ce pendant plus d’un mois.
Désormais, après avoir été frotté chaque jour avec des aromates et du gros sel durant quatre ou cinq semaines, et après l’avoir ensuite dessalé, on l’accroche, pour le sécher, dans une pièce où circule de l’air chaud. Il est ensuite dirigé vers le fumoir, dans lequel on brûle principalement de la sciure de bois. C’est un mets très fin, au goût inimitable qui se doit de figurer dans tout plat de charcuterie ardennaise digne de ce nom. Des tranches pas trop épaisses permettront à ce jambon d’exprimer toutes ses saveurs .

Publié dans Specialitées régionales | Pas de Commentaire »

Jeu 1

Posté par sebari le 26 septembre 2007

Un jeu sur notre belle région! Cliquez ici

Apprendre en s amusant c’est plutot sympa non?

Publié dans Quizz | Pas de Commentaire »

Jeu 2

Posté par sebari le 26 septembre 2007

Petit quizz pour apprendre en s ‘amusant. Cliquez ici!

Venez tester vos connaissances ou découvrir sous forme d’un quizz les Ardennes .

Retour à l’accueil

Publié dans Quizz | Pas de Commentaire »

Roc La Tour

Posté par samouraï 08 le 26 septembre 2007

Roc la Tour

Jusqu’à ces derniers temps , la légende du Roc la Tour n’était guère connue que des habitants des villages alentour .

Roc La Tour dans Légendes Ardennaises roc_la_tour_imagelarge

D’après une version , un seigneur avait une femme jeune et belle , fière et ambitieuse , mais sans castel digne de l’abriter .
Il vit un jour venir à lui un personnage qui le fit rougir de sa pauvre maison et lui proposa , en échange de son âme , de bâtir un magnifique château où sa femme aurait enfin une demeure digne d’elle .
Le seigneur reconnut le diable et conclut le marché . Selon son habitude , messire Satanas devait construire l’édifice en une nuit , avant le premier chant du coq . Il se mit au travail avec son équipe de lutins et de diablotins . Le Château était terminé , seule la dernière pierre allait être déposée , quand un coq chanta au fond de la vallée . Le diable était pris .
Dans sa colère , il jeta sa toque contre les murailles , et tout s’écroula . Ces débris forment , aujourd’hui le Château de la Tour .
Y eut-il jamais un château bâti de main d’homme sur ces rocs dont la situation est si dominante ? La chose est peu probable . Les archéologues n’y ont trouvé aucun vestige et les gens du pays n’ont conservé aucun souvenir d’un château-fort en cet endroit.

D’après une autre version , le diable dominait aux temps jadis sur toute la basse Semoy. Il y avait des forteresses sur le Liry, le Fay, le Roc de la Tour, et terrorisait le pays : ce diable désigne sans doute quelque méchant sire d’Haulmé. Un jour, vint un pèlerin qui lui demanda le gite et la nourriture : « Audacieux ! » lui crie le diable, « que viens-tu faire sur mes terres ? Ignores tu qui je suis ? ». « Ta colère est vaine » répondit le pèlerin, « je ne te crains pas ! et pour te prouver ma supériorité, faisons un pari. Tu vas dresser des quilles sur cette montagne (le Roc la Tour) et nous verrons qui sera vainqueur de la partie… ».

Le diable consentit, de mauvaise grâce : les quilles furent placées sur le Roc la Tour, et les deux joueurs se postèrent sur le Fay juste en fac. Belzébuth saisit sa boule, une énorme boule de quartz, ajusta et lança. Mais la boule alla piteusement rouler dans la Semoy. C’est aujourd’hui la « Roche des Diables », appelée aussi le Roche du Tombeau. Le pèlerin abattit, lui, d’une main sûre toutes les quilles et mit en miettes le Château du Diable édifié sur le Roc la Tour. Satanas reconnut Jésus-Christ et détala prestement, en laissant une odeur de soufre…

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

Dames De Meuse

Posté par samouraï 08 le 26 septembre 2007

les Dames de meuse

Un beau matin d’amour , le compte de Rethel
En son manoir reçut trois preux , les fils de Hierges ;
Les filles du comtes étaient trois blondes vierges ,
Qui promirent aux preux un amour immortel .
Avant leur pauvre amour , les trois preux sur l’autel
Avaient juré d’aller combattre en Palestine .
Ils partirent un soir , la croix sur la poitrine ,
A leurs dames laissant la garde du castel .
L’amour chasse l’amour , quand l’oubli se prolonge ,
L’amour , l’amour félon chassa l’amour juré ;
Mais voilà qu’une nuit , dans le castel muré ,
Une terreur passa , comme un horrible songe .
Dans le ciel noir immense , il planait des lueurs ;
De la terre profonde , il montait des clameurs ,
Dans l’enfer où pleurait une lugubre plainte .
Les Croisés avaient pris Jérusalemn , la sainte .
Tandis que dans les bras de leurs amants peureux
Les dames du castel ont trahi les trois preux ,
Autour du Saint-Sépulcre , à la lueur des cierges ,
Sont ensemble à genoux les trois preux , fils de Hierges.
Mais de dure façon , le Seigneur les vengea ;
Sans pitié , pour toujours , la nuit même il changea
Les dames du castel en trois roches énormes
Qui dressent à jamais leurs trois spectrales formes .
Sur la Meuse , depuis , tristement nuit et jour ,
Que renaissent les fleurs , qu’elles s’ouvrent ou meurent ,
Les Dames du castel , les traitresses d’amour ,
Immobiles rochers , éternellement pleurent .

 

                                                                                                    Retour à l’accueil

Publié dans Légendes Ardennaises | Pas de Commentaire »

123
 

The Limace Psychopathe Blog |
Buzancy's Life |
hots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vers la Lumière...
| n°1 mondial de la vente dir...
| Ma page perso